Vers une fracture électorale ?

Supprimer l’envoi des professions de foi des candidats en format papier pour privilégier la dématérialisation (projet de loi de finances 2015) correspond à une recherche généralisée d’économies qui se comprend mais le faire en 2015 est-ce bien raisonnable ?

Car pour les 2 élections locales à venir, toutes les règles changent (nouvelle carte cantonale et binômes au moment où le destin des départements est en question, nouveaux périmètres régionaux avec sans doute des compétences supplémentaires) ainsi que la date du scrutin régional.

Dans ce contexte très particulier, il y aura l’an prochain un grand besoin de pédagogie pour encourager la participation. Les professions de foi sur papier y contribuent encore et sont bien souvent le seul document adressé individuellement à chaque électeur alors que les documents des candidats en campagne sont parfois peu visibles car mélangés à des paquets de brochures commerciales diverses. Faut-il dire ici qu’avec une élection  régionale en décembre donc proche des fêtes de fin d’année, la campagne se déroulera dans un moment chargé en distribution de publicités ?

Enfin, une telle décision ne prend pas en compte la fracture territoriale et numérique pourtant bien réelle et isolera un peu plus tous ceux, notamment parmi nos aînés mais pas seulement, qui n’accèdent pas ou accèdent mal aux ressources électroniques et qui ont pourtant tous un droit égal d’accès à l’information électorale.

FacebookTwitterGoogle+Partager