Coup de gueule territorial. Plan en faveur des ruralités : un trompe-l’œil électoral au mépris des territoires et de leurs habitants

Le Premier ministre en grand équipage, flanqué de près de la moitié de son Gouvernement, se déplaçait hier dans l’Ain, pour y annoncer un train de mesures issues des Assises des ruralités, convoquées en septembre dernier.

La date choisie ne trompera personne : quelle chance, un vendredi 13 à une semaine des élections départementales !

Quant au contenu, il laisse pantois. Près de 50 mesures organisées autour de 3 objectifs et que l’on pourrait applaudir sur tous les bancs puisqu’elles visent à « garantir à tous l’égalité d’accès aux services » , « amplifier les capacités de développement des territoires ruraux » , « assurer la mise en réseau des territoires ».

A y regarder de plus près, ces mesures, prises une à une, seraient aussi toutes appréciables….si elles reposaient sur une faisabilité réaliste. Rien que le calendrier interpelle puisque tant de mesures devraient produire leurs effets…dès 2015 ! Y aura-t-il un collectif budgétaire spécial ruralités pour dégager les moyens financiers annoncés, en rognant sur quelles autres dépenses inscrites à un budget décidément insincère ? D’autres dispositions s’appuient sur la loi NOTRe mais celle-ci est toujours en débat et les compétences qu’elle répartit, dans une confusion de plus en plus grande, ne sont pas stabilisées. Certaines mesures, liées au désenclavement des territoires, correspondent à des schémas non encore élaborés. On pourrait continuer et passer au crible chaque mesure et dire aussi que nombre des politiques départementales, tellement étrillées par le Gouvernement, correspondent  aux objectifs décrits. Où est la cohérence ? Faut-il rappeler que ce même Gouvernement prive aujourd’hui de moyens d’action nos départements, obligeant, à notre cœur défendant, à restreindre nos interventions pour financer les dépenses sociales obligatoires que ce même Etat ne compense plus à la hauteur de nos besoins.

En agissant ainsi, par des annonces en théorie consensuelles, mais dépourvues de tout réalisme en l’état actuel des moyens des finances publiques de l’Etat et des collectivités, le Gouvernement, dans une politique territoriale de plus en plus confuse et incohérente, se montre aux abois et croit berner les habitants des territoires ruraux et leurs élus, à une semaine d’un scrutin compliqué. Le résultat pourrait être à l’exact opposé de l’électrochoc que semble vouloir provoquer le pouvoir avec cette annonce. Décidément….Quelle tristesse.

FacebookTwitterGoogle+Partager